L’obligation de s’assurer lors d’un emprunt immobilier génère un marché dynamique et à forte rentabilité, surtout au profit des banques qui le dominent encore largement. Voici quelques chiffres pour mieux comprendre la répartition du marché de l’assurance emprunteur :

Les profits toujours en augmentation de l’assurance emprunteur :

La dernière étude de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), consacrée à la situation des assureurs en France, a relevé que les profits de l’assurance emprunteur de crédit immobilier ont encore augmenté, pour atteindre 36,8% du CA…

Les banques, qui interviennent à travers leurs filiales d’assurance spécialisées, continuent donc d’engranger des marges très confortables, qui sont bien supérieures à celles constatées dans tous les autres grands domaines de l’assurance :
– L’assurance auto : profits limités à 3,4% du chiffre d’affaires.
– L’assurance habitation : profils correspondant à 4,6% du chiffre d’affaires.
– Les complémentaires santé d’entreprise : le résultat chute sous le zéro, à -3,2%.
La moyenne des profits de l’ensemble des branches d’assurance (hors assurance vie) atteint donc 4,6% du chiffre d’affaires, toujours selon l’ACPR.
L’assurance emprunteur est donc huit fois plus profitable que la moyenne des autres assurances…

87% de part de marché pour les assurances-groupe bancaires :

Ces chiffres en augmentation constante sont trustés par la concentration des bancassureurs sur le secteur : ce sont les contrats collectifs des assurances des groupes bancaires.
En effet, les 20 premiers assureurs français signent une croissance similaire à celle du marché dans son ensemble, et représentent 91 % du marché français total de l’assurance… A titre informatif, le chiffre d’affaires nécessaire pour accéder au Top 9 est de plus de 10 Md€.

Malgré une succession de textes législatifs qui devaient rendre du pouvoir d’achat aux consommateurs, notamment l’adoption du principe de la résiliation annuelle qui permet à chacun de pouvoir choisir et changer sans frais son assureur, il faut bien constater que le résultat escompté n’est pas là : le marché de l’assurance emprunteur est détenu pour près de 87% par les banques.
Dans ce contexte d’ouverture forcée à la concurrence, pourtant au profil de l’emprunteur, les banques sont-elles prêtes à abandonner du terrain ?

13% de part de marché pour les assurances individuelles :

Les assurances individuelles sont directement commercialisé à l’assuré par des courtiers ou des assureurs dont l’activité est indépendante aux groupes bancaires. Autrement dit, ce contrat est individuel et adapté à chaque profil et besoins en garanties. Ces acteurs, plus modernes et plus intuitifs pour le consommateur, sont souvent entièrement digitalisés, et permettent au consommateur d’utiliser gratuitement et simplement des simulateurs d’assurance emprunteur pour comparer les meilleures offres.

Pour ces assureurs non liés à l’acte de souscription du prêt immobilier, c’est une bataille sans relâche pour prendre plus de part sur ce marché (13 %), malgré des conditions pourtant plus intéressantes et des cotisations moins onéreuses que celles demandées par les assurances groupes des banques : en choisissant une assurance individuelle et à garanties équivalentes, le consommateur peut espérer une économie de près de 50% sur ses cotisations d’assurance emprunteur.
Une somme non négligeable qui devrait permettre aux emprunteurs de belles économies, et aux assureurs individuels de se faire une vraie place sur le marché.

A lire également

Lerecours-actualites-erreur-teg

Erreur TEG erroné : quelle sanction pour la banque ?

Découvrir
Lerecours - actualité - calcul teg crédit immobilier

Calcul TEG : Comment est calculé le TEG d’un crédit immobilier ?

Découvrir
Lerecours - actualité - TEG - TAEG

Le coût d’un crédit : TEG et TAEG, de quoi s’agit-il ?

Découvrir
Lerecours - actualité - remboursement anticipé crédit immobilier

Remboursement anticipé de son crédit immobilier : quels frais sont à prévoir ?

Découvrir