Peut-être avez-vous déjà souscrit un prêt immobilier ?
Si oui, votre conseiller bancaire, dans sa course à l’atteinte des objectifs commerciaux, a pu, tel un chevalier en croisade, vous proposer un prêt à taux révisable.
Il vous a peut-être leurrer avec un taux attractif afin que vous souscriviez chez lui. Explications.

Le taux d’appel, qu’est ce que c’est ?

Lors de la souscription a un crédit, vous pouvez opter pour un taux fixe, si c’est le cas votre taux d’intérêt reste stable tout au long du crédit. A contrario, vous pouvez choisir un prêt à taux révisable et votre taux d’intérêt varie selon un indice défini lors de la souscription du crédit.
C’est sur cet élément que la banque va vous flouer pour vous faire souscrire chez elle.

A titre d’exemple, lors de prêt à taux révisable, l’indice régulièrement utilisé est l’Euribor qui correspond au taux d’intérêt auquel les banques empruntent l’argent et qui est décliné en une multitude de maturités (3 mois, 6 mois, 1 an).

A cet indice, s’ajoute une partie fixe correspondant à la marge rémunérant la banque, formant ainsi le taux d’intérêt sur lequel sont calculés les intérêts que vous remboursez.

Très bien ! Jusque-là, tout est parfait dans le meilleur des mondes. Cependant, incroyable mais vrai, certaines banques essayent de tromper leurs clients !

Et oui, certains établissements malicieux n’hésitent pas à tricher avec ces indices et à utiliser la méthode du « taux d’appel » consistant à bonifier la partie variable du taux d’intérêt pendant une période prédéfinie, généralement quelques mois.

Concrètement, lors de la souscription de votre prêt, la banque peut artificiellement inscrire sur l’offre un indice plus bas qu’il n’est en réalité.

Cela se traduira par un TEG et un coût de crédit affichés inférieurs à la réalité permettant d’influencer votre prise de décision en faveur de la banque en question. C’est en quelque sorte un « prix d’appel » pour leurs offres de prêts.

Quel est l’intéret pour la banque d’utiliser ce « prix d’appel » sur ces offres de prêts ?

Pour l’établissement prêteur, l’intérêt est triple :

Si vous avez signé cette offre, c’est qu’à titre de comparaison elle vous est apparue plus intéressante. En effet, dans un environnement concurrentiel, cette supercherie vise à rendre l’opération proposée plus attractive au regard de la concurrence.  Vous allez donc signer ici et pas ailleurs.

Dès lors, où sont domiciliés vos revenus ? Où s’effectuent vos opérations quotidiennes ? Par conséquent, où payez-vous les cotisations de carte, frais de tenue de compte et autres services bancaires ? Vous l’aurez compris, vous venez d’intégrer la spirale infernale.

Le dernier point, et non des moindres, concerne directement votre portefeuille. Dans certains cas, son impact peut s’avérer très lourd. En effet, dès que la première révision de votre taux entrera en vigueur, ce dernier se réindexera sur l’indice ne tenant plus compte du taux minoré. Ainsi, vous paierez des intérêts indexés sur l’indice réel augmenté de la marge inchangée ce qui aura pour effet d’augmenter votre charge du crédit.

Un exemple concret de taux d’appel

Taux initial proposé par votre banque = 3% révisable à compter du 3ème mois.

Il se décompose :

  • D’une partie fixe de 1.50%
  • D’une partie variable, l’Euribor 3 mois que vous estimez en toute logique à 1.50% (les 3% du taux initial – les 1.50% de la partie fixe )

Mais, vous êtes en fait victime d’un « taux d’appel ». Ce qui rend votre estimation de la partie variable fausse.

L’indice de l’Euribor 3 mois est en fait de 2% lors de votre signature mais votre banque a artificiellement baissé ce taux à 1.50% pour vous inciter à souscrire chez elle. Elle vous a en quelque sorte fait une « remise » de 0.50% sur ce taux, et elle ne dure que 3 mois.

Ainsi lors de la révision du 3e mois, vous payerez les intérêts de votre crédit au taux de 3.50% (1.50% de partie fixe + 2% de partie variable) sans qu’il n’y ait eu aucune modification de l’indice !

Votre TEG et le coût du crédit sont calculés sur le taux de 3% et sont inférieurs à la réalité représentés par le taux à 3.50%.

Vous l’aurez compris, lors de la souscription d’un prêt, chaque élément compte, la relation pouvant être biaisée dès le début alors lisez bien tout, y compris les petites lignes !

A lire également

Lerecours-actualites-erreur-teg

Erreur TEG erroné : quelle sanction pour la banque ?

Découvrir
Lerecours - actualité - calcul teg crédit immobilier

Calcul TEG : Comment est calculé le TEG d’un crédit immobilier ?

Découvrir
Lerecours - actualité - TEG - TAEG

Le coût d’un crédit : TEG et TAEG, de quoi s’agit-il ?

Découvrir
Lerecours - actualité - remboursement anticipé crédit immobilier

Remboursement anticipé de son crédit immobilier : quels frais sont à prévoir ?

Découvrir