La société avignonnaise est spécialisée dans le recours bancaire. Basée depuis 2010 sur Agroparc, elle a vu progresser son chiffre d’affaires de 200% entre 2013 et 2014  «Notre entreprise facilite  l’accès à la justice pour la contestation  d’emprunts qui dans 90% des cas  représentent des anomalies » annonce d’entrée Jean-Pascal Mattéi, fondateur de financière Autrement en 2010. Cette entreprise s’adresse aux particuliers, aux PME, aux collectivités.

L’idée de cette activité a germé dans la tête de Jean-Pascal Mattéi il y a quelques années. Il a passé son CAP puis son BEP de comptable, son Bac Gestion, a poursuivi ses études à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, d’où le nom de « Mirabeau ». Cet ancien directeur financier a travaillé chez Renault, chez Moulinex, a passé son MBA (Master en business management) puis s’est installé à dans la zone Agroparc  d’Avignon, au milieu de la pépinière d’entreprises Créativa.

Le concept est simple dit-il : « Nombre de sociétés sont endettées, elles ont besoin de se refaire une santé » explique-t-il « Grâce à mon système Optibank, je leur propose une solution clés en main avec à un volant d’experts (analystes financiers, avocats, huissiers, spécialistes de droit bancaire, de contentieux…) qui passent au crible les contrats à travers 140 points de contrôle et identifient les anomalies  qu’ils contiennent. Une  estimation des gains possibles est présentée au client. Dans 95% des cas, nous avons gagné en sortie de recours judiciaire ».

Faire baisser le montant des intérêts

Parmi ses clients : Un Relais Château en Belgique, une chaîne hôtelière de

Riom près de Clermont-Ferrand (Anémotel), un établissement de chambres d’hôtes à Béziers (Le Mas du Moulin), des agences immobilières de Vergèze. « Nous avons réussi à faire baisser le montant des intérêts, à éviter le marchand de biens et la vente aux enchères dans de nombreux cas, sans parler des emprunts toxiques » explique Jean- Pascal Mattéi. Pour ses études, il s’est adjoint la compétence d’un chercheur juridique de l’université de Montpellier ainsi que de « Corpus Consultants », un collectif de professeurs de droit « chapeauté » par l’ancien Garde des Sceaux, Robert Badinter. Comment se fait payer « Financière Autrement » ? Par des honoraires de mission de 5 500€ tout compris quelle que soit la durée de la bataille judiciaire. « Cela peut paraître cher mais quand un chef d’entreprise a des soucis financiers, il va faire appel à un expert-comptable, un avocat, selon le jugement : faire appel, éventuellement se tourner vers la cour de Cassation ou la cour Européenne de Justice, ce qui mis bout à bout dépassera les 200 000€, alors qu’avec nous c’est un forfait global. En plus, nous nous engageons à rembourser en cas d’échec de notre mission » conclut Jean-Pascal Mattéi.

La société emploie 14 salariés, dont 9 embauchés depuis septembre dernier. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 1,1M€ sur l’exercice 2013-2014, en hausse de 200% par rapport à l’année précédente, et vise une multiplication de son résultat par cinq dès l’an prochain.