Lerecours-actualites-assurance-emprunteur

L’assurance emprunteur n’est pas obligatoire mais elle est la plupart du temps exigée par l’organisme qui vous accorde un crédit immobilier. Aussi appelée assurance-crédit ou assurance de prêt, c’est une garantie qui sert à couvrir le remboursement des échéances dans le cas où vous ne pourriez plus y subvenir.

Bien choisir son assurance emprunteur

Les lois Lagarde et Hamon vous permettent depuis peu de choisir librement votre assurance emprunteur, à condition que le contrat souscrit propose un niveau de garanties équivalent à celui de l’assurance de l’établissement prêteur. Vous disposez même d’un délai d’un an pour en changer si vous le souhaitez après la signature du contrat.

Il existe cependant de très nombreuses solutions d’assurance et il n’est pas facile d’évaluer les garanties proposées et leur rapport qualité-prix. Il convient néanmoins de comparer avec soins les diverses offres pour trouver le juste compromis entre une bonne couverture et un prix qui ne gonfle pas démesurément le coût total de votre crédit.

Que couvre l’assurance prêt immobilier ? Quelles sont les différentes garanties ?

On distingue deux principaux types de garanties : les garanties obligatoires que tout contrat d’assurance emprunteur doit comporter, et les garanties facultatives que vous pouvez choisir ou non d’intégrer à votre contrat.

Les garanties obligatoires sont l’assurance décès qui va couvrir le remboursement si l’un des souscripteurs ou l’assuré unique disparait, et l’assurance invalidité qui peut prendre plusieurs formes selon le degré d’invalidité de l’assuré.

L’assurance perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) intervient en cas d’invalidité à 100% avec une incapacité définitive pour l’assuré de travailler et un besoin d’assistance permanent. On parle d’invalidité permanente totale (IPT) lorsqu’elle dépasse 66%, d’invalidité permanente partielle (IPP) lorsqu’elle égale ou dépasse 33%, ou encore d’incapacité temporaire totale (ITT) lorsque l’assuré n’est plus en mesure de travailler pendant un temps donné. Ces garanties vont couvrir le remboursement de l’emprunt souscrit par l’assuré ou la perte de revenus en cas d’accident ou de maladie l’empêchant d’exercer une activité rémunérée, que ce soit temporairement ou de façon définitive.

La garantie chômage, aussi appelée garantie perte d’emploi, est généralement facultative. Elle prend en charge le remboursement de votre prêt en cas de licenciement. Si elle apporte une sécurité supplémentaire contre les aléas de la vie, elle est aussi assez onéreuse.

Quels sont les critères de choix ?

Le prix d’une assurance emprunteur est assez variable. Il dépend non seulement du niveau de garanties choisi, mais aussi d’autres facteurs personnels comme votre âge ou votre état de santé. La situation familiale et le nombre d’assurés ayant contracté le prêt immobilier compte aussi dans l’estimation du prix de l’assurance. Pour choisir l’assurance-crédit adaptée à vos besoins au meilleur prix, vous devez aussi examiner un certain nombre de critères déterminants :

Le délai de carence

Dans le cas de la garantie perte d’emploi, pensez à demander le délai de carence. Cette période pendant laquelle vous ne pouvez prétendre à faire valoir votre assurance est généralement de plusieurs mois et peut atteindre 1 an. Le délai de franchise est aussi à considérer : c’est le délai d’attente avant que l’assurance ne prenne en charge le remboursement de votre prêt immobilier. Le plus souvent de 30 jours, il peut sur certains contrats être de 3 ou 4 mois. Vérifiez enfin la durée d’indemnisation maximale prévue par votre assurance.

Le type de remboursement

Dans le cas de l’assurance invalidité, pensez à vérifier si le remboursement est forfaitaire, c’est-à-dire s’il correspond à un pourcentage des mensualités à rembourser, ou indemnitaire et correspondant à la perte de salaire subie à cause d’un arrêt du travail. Faites attention également au délai de franchise qui peut retarder l’activation de votre assurance.

Les exclusions

Vérifier quelles sont les exclusions spécifiques de chaque contrat. Certaines assurances excluent ainsi de leurs garanties les troubles psychiques, les décès survenus à l’étranger, ainsi que certaines professions ou pratiques sportives à risques.

La notion de quotité

Ne négligez pas la notion de quotité, c’est-à-dire la part du capital emprunté assuré pour chaque emprunteur dans le cas d’un achat conjoint. Une quotité de 100% implique une prise en charge de tout le capital en cas de décès ou d’invalidité. Si elle est de 50% par tête, ou divisée en deux proportionnellement à la contribution de chacun des assurés, chacun n’est assuré que pour sa part. Lorsqu’on parle de 100% par tête, les deux parties sont assurées pour l’intégralité du prêt.

Faites jouer la concurrence !

Le coût de votre assurance emprunteur n’est pas anodin. Il peut gonfler le coût de votre crédit et même dans certains cas dépasser 20% du coût total. Vous avez donc tout intérêt à comparer les offres pour économiser. Vous pouvez pour cela utiliser un comparateur en ligne, faire appel à un courtier en assurances ou tout simplement contacter divers assureurs pour demander des devis.

Utilisez la fiche standardisée d’information (FSI) remise par votre banque lors de la simulation du prêt. Obligatoire depuis le 1er octobre 2015, elle vous permettra de consulter les garanties exigées par l’organisme prêteur pour vous accorder un crédit. Vous y trouverez également le TAEA, le taux annuel effectif d’assurance, qui vous renseignera sur le coût réel de l’assurance emprunteur.

Pour plus de détails sur l’assurance emprunteur et le prêt immobilier, consultez le site du Service Public et faites appel à nos experts pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé. Ils vous donneront tous les conseils nécessaires et vous aideront à identifier les différentes façons de faire des économies sur votre crédit immobilier.